M. Jeffrey Derevensky, codirecteur du Centre international d’étude sur le jeu et les comportements à risque chez les jeunes de l’Université McGill.

Améliorer les chances des enfants à risque

L’Internet a donné au monde le pouvoir de garder le contact comme jamais auparavant, mais il a également mis en péril les membres les plus vulnérables de la société. Le jeu, une dépendance déjà grave pour un nombre grandissant d’enfants et d’adolescents, peut être encore plus désastreux lorsque la table de jeu se trouve directement à la maison.

« De plus en plus de sites Web se dirigent vers les jeux en ligne, et il a été mis en évidence que cette tendance fait la promotion du jeu auprès de la jeunesse », affirme Jeffrey Derevensky, directeur du Centre international d’étude sur le jeu et les comportements à risque chez les jeunes de l’Université McGill.

Le Centre mène avec diligence une initiative mondiale axée sur l’étude du jeu chez les jeunes et la sensibilisation. M. Derevensky et ses collègues sont l’autorité reconnue dans ce domaine. Mis en place en 2001, le Centre conduit des travaux de recherche de pointe, travaille avec les législateurs, élabore des programmes de prévention empiriques et offre de la consultation, de la formation et des ateliers partout dans le monde.

Grâce aux dons versés à la Campagne de financement McGill provenant de sources qui pourraient paraître peu probables au premier abord, comme Betfair Limited, International Game Technology, Casino Austria et Spielo International Canada, le Centre a pu favoriser la reconnaissance internationale de ses travaux essentiels.

« En somme, le financement est utilisé pour promouvoir la philosophie et les recherches du Centre partout dans le monde. Très peu de gens étudient le jeu chez les jeunes sur le plan international », mentionne M. Derevensky.

Alors que la popularité des médias sociaux ne cesse d’augmenter, le Centre se préoccupe aussi d’un autre grave problème : la cyberintimidation. « Il s’agit d’un problème de plus en plus répandu. Nous travaillons avec les gouvernements mondiaux afin de l’encadrer », explique-t-il.

Avec des enjeux aussi importants, la philanthropie aide les chercheurs de McGill, comme M. Derevensky, à s’assurer que rien n’est laissé au hasard lorsqu’il s’agit des enfants et des adolescents.