Law students

Providing clarity to the law

La recherche est un aspect essentiel de l’exercice du droit. Connaître l’existence de la moindre loi ou du moindre jugement susceptibles d’être pertinents est tout aussi important que d'être capable de rédiger un projet de contrat ou de requête à présenter devant la cour.

Pour la Faculté de droit de l’Université McGill, la recherche est toute aussi essentielle, même si les sujets abordés sont plus globaux que spécifiques. Malgré tout, les sujets de recherche à la Faculté ont évolué au cours des ans, confie le professeur Frédéric Mégret, vice-doyen à la recherche.

« La recherche porte de moins en moins sur la doctrine, à savoir la réflexion du droit sur le droit, donc de moins en moins axée sur le positivisme juridique. Elle consiste davantage en des travaux théoriques sur des questions fondamentales de plus grande portée », précise-t-il.

Elle peut porter sur des questions touchant les droits de la personne, les ramifications juridiques de la mondialisation, les tribunaux pénaux internationaux et les interrogations sur les recoupements de régimes juridiques (par ex. comment les régimes de common law et de droit civil interagissent).

La recherche à la Faculté s’est intensifiée pour élargir son rayonnement, grâce surtout aux nombreux dons versés dans le cadre de la compagne de financement de McGill. Par exemple, la chaire Peter MacKell en fédéralisme, établie grâce au legs de trois millions de dollars de feu Peter MacKell, B.A. 1948, LL. L. 1951, permettra à des professeurs de droit de calibre mondial d’étudier des questions fondamentales relatives au fédéralisme et de contribuer à étoffer la théorie et la pratique de ce régime de gouvernement, non seulement dans le contexte canadien, mais également sur le plan universel, comme mode de gouvernance des organismes sans but lucratif, des syndicats et des ordres professionnels.

La recherche portant sur les questions juridiques contemporaines, réalisée grâce à la chaire Katharine A. Pearson en société civile et politique publique, a également bénéficié d’un généreux don de trois millions de dollars de la fondation de la famille J.W. McConnell.

En outre, le nouveau Fonds Jean-Gabriel Castel en droit international privé offre une aide financière destinée à l’enseignement et à la recherche dans le domaine du droit international privé. Pour ce qui est de la chaire L. Yves Fortier en arbitrage international et en droit du commerce international, créée grâce au don de Rio Tinto Alcan, elle permettra de réaliser des travaux de recherche visant à façonner la pratique future du droit international et à en comprendre les rouages.

Selon le professeur Mégret, cette nouvelle masse critique de financement encouragera davantage les efforts, déjà considérables, déployés sur le plan de la recherche. « Le fait d’avoir plusieurs chaires et les chercheurs qui y sont affectés formalisent les orientations stratégiques de la recherche à la Faculté, explique-t-il. D’après lui, cela affermit l’idée que la recherche réalisée à la Faculté a un objectif et un sens. »