Daniel Jutras

Message de Daniel Jutras, doyen

La Faculté de droit de l’Université McGill est une institution qui, en dépit de sa taille modeste, affiche des réalisations exceptionnelles. Chaque année, elle se classe parmi les 20 meilleures écoles de droit du monde. Ses diplômés ont obtenu année après année la vaste majorité des stages très convoités d’auxiliaires juridiques à la Cour suprême du Canada. Quant à ses professeurs, un grand nombre d’entre eux ont mérité des prix d’excellence en enseignement de l’Université McGill.

Le trait distinctif de la Faculté, à savoir son bijuridisme, son bilinguisme, son biculturalisme, ou tout simplement son caractère cosmopolite, attire dans son giron des étudiants doués et d'exception de partout au Québec, dans le reste du Canada et de l’étranger. « Le programme de McGill », désignation sous laquelle le cursus du premier cycle universitaire est maintenant connu à l’échelle internationale et qui a fêté son dixième anniversaire en 2012, s’est imposé comme modèle aux écoles internationales de droit aspirant à mieux s’adapter à notre monde en constante évolution, où les frontières sont appelées peu à peu à disparaître.

Avec leur diplôme de common law et de droit civil droit en main, les diplômés de la Faculté parviennent à se hisser au sommet de leur profession tant au Québec et au Canada qu’à l’étranger : de Londres à Paris, de Singapour à Beijing, de New York à San Francisco et dans tous les coins du monde. Ils sont recrutés par les cabinets d’avocats les plus prestigieux, les grandes agences gouvernementales et les ONG réputées et sont acceptés dans les meilleurs programmes de cycles supérieurs, ici comme ailleurs, constituant ce que d’aucuns jugent une catégorie à part de juristes, dont la carrière contribue à faire évoluer le monde dans lequel nous vivons. Au nombre de ses éminents diplômés figurent Sir John Abott et Sir Wilfrid Laurier, tous deux anciens premier ministre du Canada, John P. Humphrey, fondateur de la Division des droits de l'Homme des Nations Unies, ainsi que des juges de la Cour suprême et de cours de première instance et d'appel, des membres de cabinets de ministres et des commissaires à la protection de la vie privée, des dirigeants de grandes entreprises et institutions et des magnats des médias, sans compter ceux qui grossiront bientôt leurs rangs.

Un tel succès serait hors d’atteinte sans le soutien indéfectible et l’apport généreux des anciens étudiants de la Faculté. La Faculté a pu, grâce à la philanthropie, mettre sur pied plusieurs chaires de recherche d’importance, dont les chaires H. Heward Stikeman en droit fiscal, Hans et Tamar Oppenheimer en droit international public, Peter MacKell en fédéralisme, Katharine A. Pearson en société civile et en politiques publiques, L. Yves Fortier en droit d’arbitrage international et en droit du commerce international ainsi que Norton Rose en arbitrage et en droit du commerce.

Lors de la dernière campagne de financement, les anciens étudiants de la Faculté ont fait don de 37 millions de dollars au total, montant dépassant l'objectif fixé à 35 millions de dollars. Concrètement, cet apport nous a permis de faire d’importantes percées dans quatre domaines importants : la promotion des droits de la personne et de l’action communautaire, l’avancement des travaux de recherche de pointe en droit, la création d’une méthode pédagogique novatrice et l’amélioration de la formation juridique et, enfin, le rayonnement international de l'enseignement facultaire.

Je ne saurais citer la liste complète des nombreux dons que nous avons reçus à l’occasion de cette campagne de financement, mais je me permets néanmoins de mentionner cinq exemples d’engagement portant sur la défense des droits de la personne et l’action communautaire envers la Faculté : la nouvelle bourse Alexandra Dodger, les bourses O’Brien du Centre sur les droits de la personne et le pluralisme juridique, le Fonds James Hugessen sur l’invalidité et le droit; le Fonds Davies Ward Phillips & Vineberg pour l’engagement communautaire; le stage pratique Wiseman pour la défense des droits de la personne et le don de la famille Echenberg pour le Forum des jeunes leaders et les conférences globales sur les droits de la personne.

Pour leur part, le Fonds McCarthy Tétrault pour l'innovation dans l’enseignement du droit et les généreux dons de la succession Peter MacKell, du cabinet Robinson Sheppard Shapiro et de Susan Wells-Tunnell et Stephen Halperin contribueront à promouvoir des projets pédagogiques et de formation juridique novateurs. Quant à nos programmes destinés à assurer notre rayonnement international, ils seront financés grâce aux dons du cabinet Norton Rose, de M. Lederman, de M. Schull et Mme Yang et de la famille Arseneault. Les travaux de recherche de pointe en droit ont bénéficié de l’aide financière providentielle du fonds commémoratif Gary Naschen, du fonds d’excellence du cabinet Fasken Martineau, du fonds Jean-Gabriel Castel pour le droit international privé et du don de la Fondation Aisenstadt, pour ne nommer que quelques-uns qui ont généreusement contribué à cette campagne de financement.

En tant que de doyen, je suis extrêmement fier de la Faculté, de ses étudiants, de ses professeurs, de ses institutions et du précieux héritage qu’elle transmet. Mais je suis surtout très enthousiaste quant à l’avenir, car je sais que la Faculté peut compter sur le soutien constant de ses loyaux anciens étudiants afin d'assurer la pérennité de sa tradition d’excellence.

Daniel Jutras
Doyen de la Faculté et titulaire de la chaire Wainwright en droit civil