Bienvenue sur le site Le Cerveau@McGill

L’Université McGill est au cœur d’un pivot de recherche en neurosciences fondamentale et clinique.  Notre mission vise à élaborer une stratégie d’intégration qui accroîtra notre succès dans le domaine de la recherche en neurosciences et appuiera la position de McGill comme chef de file aux niveaux national et international.

Nos institutions, départments, centres et programmes

Centre Alan Edwards de recherche sur la douleur

http://painresearchcenter.mcgill.ca/


Le Centre Alan Edwards de recherche sur la douleur est un chef de file mondial en recherche portant sur la façon dont le cerveau traite l’information reliée à la sensation et la perception de la douleur.

Le Centre regroupe 39 chercheurs et 100 stagiaires des Facultés de médecine, de médecine dentaire et des sciences. Il vise principalement à regrouper les membres de la collectivité de McGill composée de chercheurs voués à comprendre les aspects fondamentaux et cliniques de la douleur pour promouvoir de nouvelles approches pour prévenir et traiter la douleur chronique. Ces efforts sont jumelés à ceux d’autres chercheurs grâce à de nombreuses collaborations internationales.

Visionnez cette vidéo sur le Centre de recherche sur la douleur ici

Centre de recherche en neurosciences

http://www.mcgill.ca/crn/


Le Centre de recherche en neurosciences (CRN) est situé à l’Institut de recherche de l’Hôpital général de Montréal.

Par le passé, le CRN concentrait ses efforts sur la compréhension des mécanismes cellulaires et moléculaires de la régénération neurale dans le but de limiter les effets des traumatismes sur le système nerveux central.

Le pivot intellectuel de ce travail provient des études maintenant bien connues des membres de l’équipe du CRN, dont Aguayo, Richardson, David, Bray et Rasminsky, qui ont démontré que les neurones du système nerveux central étaient en mesure de régénérer des axones à l’intérieur des greffes nerveuses périphériques sur de longues distances. 

La découverte que les neurones du système nerveux central sont capables de se régénérer a lancé à l’échelle internationale des travaux pour tenter d’identifier les facteurs qui stimuleraient la régénération dans le système nerveux central. 

Centre de recherche sur le langage, l’esprit et le cerveau

http://www.crblm.ca/fr


Le langage est indéniablement l’habileté la plus avancée et la plus complexe chez l’être humain, une faculté qui le distingue de toutes les autres espèces animales. Pour vraiment comprendre cette aptitude unique à l’humain, la recherche interdisciplinaire est cruciale.

Le Centre de recherche sur le langage, l’esprit et le cerveau (CRBLM) réunit un groupe exceptionnel de chercheurs et de scientifiques d’une variété de disciplines, de Facultés et de départements de l’Université McGill, de l’Université du Québec à Montréal, de l’Université de Montréal et de l’Université Concordia dont les travaux de recherche portent sur les fondements neurobiologiques et sociaux du langage.

La recherche effectuée au CRBLM vise à toucher tous les  aspects du langage et du traitement du langage.  De l’étude des principes des blocs de construction de l’articulation du discours à la cartographie des structures neurales nécessaires à la compréhension des phrases complexes, de la compréhension de la façon dont les nouveau-nés et les jeunes enfants apprennent le langage à la façon dont le langage est traité dans le mode visuel, les travaux de recherche du Centre sont axés sur  l'élaboration d'une théorie fondamentale ainsi que sur les applications cliniques et éducationnelles.

Centre universitaire de santé McGill (CUSM)

http://cusm.ca/

Le CUSM comprend six établissements de santé reliés à l’Université McGill : L’Hôpital de Montréal pour enfants, l’Hôpital général de Montréal, l’Hôpital Royal Victoria, l’Institut et hôpital neurologiques de Montréal – Le Neuro, l’Institut thoracique de Montréal, et l’Hôpital de Lachine.

La recherche est l’une des trois missions fondamentales du CUSM – en plus des soins cliniques et de l’enseignement. L’Institut de recherche du CUSM compte plus de 500 chercheurs, 1 000 étudiants aux études supérieures et postdoctorants. L’Institut exploite plus de 300 laboratoires de recherche consacrés à un large éventail de domaines de recherche, fondamentale et clinique, et produit plus de 1 400 publications par année.  

Les neurosciences sont au nombre des 11 programmes de recherche, et le principal objectif est  de promouvoir la mise au point d’approches thérapeutiques des maladies neurologiques. 

Des programmes de recherche translationnelle, notamment d’essais cliniques, sont menés sur une gamme de troubles neurologiques dont la sclérose en plaques, la maladie de Parkinson, la sclérose latérale amyotrophique, les maladies vasculaires cérébrales, l’épilepsie, la migraine, les anévrismes cérébraux et les tumeurs cérébrales.

Le CUSM travaille présentement à un projet de redéploiement de 2,25 milliards de dollars réparti sur trois campus — de la Montagne, Glen et Lachine — conçu pour offrir aux professionnels de la santé un milieu efficace où l’on s’assurera que les patients et leur famille bénéficient de la levée de fonds « Les meilleurs soins pour la vie ». 

Poursuivez la lecture sur la recherche en neurosciences au CUSM ici

Département de neurologie et de neurochirurgie de l’Université McGill 

http://neurology.mcgill.ca/


Quatre unités cliniques sont affiliées au département de neurologie et de neurochirurgie de l’Université McGill. 

Elles sont situées à l’Institut et Hôpital neurologiques de Montréal – Le Neuro, l’Hôpital général de Montréal,  l’Hôpital général juif et l’Hôpital de Montréal pour enfants. 

Chacune d’elles tient lieu de division distincte en neurologie et neurochirurgie.

Les programmes de résidence en neurologie et neurochirurgie visent particulièrement à former des neurologues et neurochirurgiens cliniques, ainsi que des cliniciens-chercheurs universitaires. Ces programmes sont conçus pour répondre aux exigences en matière de neurologie adulte, neurologie pédiatrique, et neurochirurgie ; les résidents font un stage dans chaque hôpital au cours de leur formation. 

Neurochirurgie 

Les stages à options en neurochirurgie adulte se font exclusivement au Neuro. La neurochirurgie pédiatrique, y compris la neurotraumatologie pédiatrique, est exercée à l’Hôpital de Montréal pour enfants. On pratique également la neurotraumatologie à l’Hôpital général de Montréal.

Neurologie adulte  

D’une durée totale de 5 ans, le programme de formation en neurologie adulte comprend 1 année de médecine interne et 4 années de neurologie. La formation de base renferme un total de 2 années de stages cliniques dans les unitésd’enseignement des hôpitaux affiliés.

Neurologie pédiatrique

D’une durée de 5 ans, le programme de formation en neurologie pédiatrique comprend 1 année de pédiatrie et 4 années de neurologie. Le contenu du volet neurologie est semblable à celui de la neurologie adulte, mais la principale différence étant que la plupart des expositions en neurologie clinique se passent à l’Hôpital de Montréal pour enfants.

Les programmes de résidence en neurologie et en neurochirurgie de l’Université McGill ont pour but précis de former des neurologues et des neurochirurgiens cliniciens, ainsi que des médecins cliniciens universitaires.  Pour plus de renseignements : http://neurology.mcgill.ca/residency.html (en anglais)

Département de pharmacologie et de thérapeutique de l’Université McGill

http://www.mcgill.ca/pharma

Dans ce département, la recherche englobe une grande variété de secteurs, le principal étant la neuropharmacologie.  Cette discipline comprend l’étude et le traitement des maladies débilitantes du système nerveux, comme les maladies d’Alzheimer et de Parkinson, l’épilepsie, la sclérose en plaques, la dépression mentale et la toxicomanie. 

Les travaux de recherche dans ce domaine sont par définition multidisciplinaires de nature. Ils abordent les mécanismes fondamentaux sous-jacents aux médicaments dans le système nerveux, et la connaissance déjà acquise par l’entremise des travaux de recherche de bon nombre de nos membres du personnel devrait conduire à la découverte de nouveaux traitements.

L’une des forces du programme de formation du département est l’exposition à une profusion d’occasions et d’échanges de collaboration parmi les divers laboratoires qu’il crée.

Les  installations de recherche sont situées au pavillon McIntyre des sciences médicales ; un certain nombre de laboratoires est situé au CUSM, dans d’autres instituts et dans l’industrie dans la région de Montréal.

Département de physiologie de l’Université McGill

http://www.mcgill.ca/physiology/


Les neurosciences comptent parmi les 10 thèmes de recherche au département de physiologie, et ce, à divers niveaux ayant recours aux approches expérimentales à la fine pointe technologique. Les principaux thèmes portent sur la compréhension des molécules impliquées dans le développement et le fonctionnement du cerveau, la fonction cellulaire des neurones et des synapses, et des systèmes  à la base de la perception et de l’automatisme.

Le but ultime consiste à combiner la recherche fondamentale en sciences aux recherches cliniques pour révéler les fondements biologiques de l’esprit humain et pour traiter les maladies qui touchent notre santé mentale.

Les méthodes de recherche couvrent divers secteurs des neurosciences de la vision, y compris la psychophysique (perception visuelle humaine), la neurophysiologie animale et l’imagerie optique, les méthodes informatiques, l’imagerie cérébrale par résonance magnétique fonctionnelle, le stimulateur magnétique transcrânien, et les psychophysiques cliniques.

Institut et Hôpital neurologiques de Montréal – Le Neuro

http://www.mcgill.ca/neuro/fr


L’Institut et Hôpital neurologiques de Montréal, le Neuro, est un centre universitaire de classe mondiale qui allie un centre de recherche de renommée internationale, voué au dévoilement des secrets du cerveau et des maladies neurologiques, accompagné des services hospitaliers hautement spécialisés qui assurent les meilleurs soins aux patients atteints de maladies neurologiques. Cette structure unique est devenue un modèle pour des institutions de partout dans le monde.

Plus de 90 chercheurs et médecins du Neuro forment des équipes multidisciplinaires engagées dans le vaste éventail de la recherche en neurosciences contemporaine et mettent ces connaissances en application pour comprendre et traiter les maladies neurologiques. En 2007, le gouvernement du Canada a fait du Neuro l’un des sept Centres d’excellence en commercialisation et en recherche en reconnaissance de son travail novateur et exceptionnel.

Le Neuro est un milieu idéal pour la recherche translationnelle qui est synonyme de l’application de découvertes de la recherche en sciences fondamentales en vue d’améliorer les soins prodigués aux patients souffrant  de maladies neurologiques. L’étroite interaction entre les cliniciens-chercheurs et les spécialistes des sciences fondamentales profite grandement aux patients souffrant de sclérose en plaques, sclérose latérale amyotrophique, tumeur au cerveau, épilepsie, migraine, de douleur chronique, maladie de Parkinson ou d’autres affections. Les patients bénéficient aussi des avancées techniques en imagerie cérébrale, en neuroradiologie, en neuronavigation et en neurostimulation. 

Institut Lady Davis de recherches médicales de l’Hôpital général juif

http://www.ladydavis.ca/fr/centrebloomfield


Situé à l’Hôpital général juif, l’Institut Lady Davis est un important centre de recherche biomédicale où l’on effectue des recherches multidisciplinaires fondamentales et cliniques.

Le vieillissement compte parmi les six grands axes de recherche et est concentré au Centre Bloomfield de recherche sur le vieillissement (BCRA). 

Unique au Canada, le Centre Bloomfield de recherche sur le vieillissement se spécialise dans le vieillissement et les maladies neurodégénératives en recourant à diverses spécialités, notamment aux études moléculaires du vieillissement pathologique, aux études cliniques et d’imagerie de la maladie d’Alzheimer, aux études de population et à l’évaluation des systèmes de prestation de soins aux personnes âgées.

Les neurosciences cognitives et la maladie d’Alzheimer constituent l’un des principaux thèmes de recherche de l’axe du vieillissement.  Les études portent notamment sur la recherche fondamentale sur les facteurs liés à la mémoire et à la perte de mémoire en cas de démence; les diagnostics précoces et les nouveaux traitements de la démence ; les essais cliniques pour la maladie d’Alzheimer;  les ressources disponibles dans le réseau de santé pour les aînés atteints de démence ; et la compréhension de la perte d’autonomie chez les aînés.

Aujourd’hui, l’Institut Lady Davis regroupe plus de 91 chercheurs titulaires d’un poste universitaire à l’Université McGill, 142 étudiants à la maîtrise ès sciences et au doctorat, 50 boursiers postdoctoraux et 248 techniciens, employés administratifs et de soutien répartis sur un emplacement de recherche de 11 600 m2.

Institut universitaire en santé mentale Douglas – Le Douglas

http://www.douglas.qc.ca/research?&locale=fr


Le Douglas partage avec l’Institut et l’hôpital neurologiques de Montréal (Le Neuro) une structure qui allie la recherche en laboratoire à la fine pointe en santé mentale à l’expérience clinique. Plus de  60 chercheurs, dont certains sont reconnus à l’échelle internationale, concentrent leurs efforts sur quatre thèmes : vieillissement et maladie d’Alzheimer; troubles de l’humeur, d’anxiété et d’impulsivité; schizophrénie et troubles du développement cérébral; services, politiques et santé des populations.

Le Douglas se démarque par ses projets de recherche novateurs en neurosciences, en expérience clinique et en dimensions psychosociales.  Le Centre de recherche de l’Institut Douglas réunit plus de 300 éminents chercheurs et boursiers de recherches postdoctorales de partout dans le monde, qui signent quelque 215 articles scientifiques chaque année. 

Laboratoire de neurosciences cognitives pour l'étude du langage et de la mémoire

http://www.psych.mcgill.ca/perpg/fac/titone/index.html


Les chercheurs de ce laboratoire du département de psychologie étudient comment le cerveau utilise l’information contextuelle pendant le processus de compréhension et de production du langage.

Les chercheurs examinent également les fondements neurocognitifs de la mémoire relationnelle humaine. Ils effectuent des expériences comportementales, de neuro-imagerie et d’oculométrie qui abordent des questions comme :

  • Comment les unilingues et les bilingues résolvent l’ambiguïté linguistique des divers niveaux de langue (par ex. mots, locutions, phrases) ? 
  • Comment les gens coordonnent-ils les exigences de la compréhension et de la production du langage pendant les conversations ? 
  • Comment ces phénomènes se manifestent-ils dans un cerveau humain sain, et dans des  conditions neuropsychologiques, comme la schizophrénie ? 

Le laboratoire est également pourvu d’une salle d’examen du comportement, ainsi qu’une salle d’examen consacrée aux études sur l’électroencéphalographie (EEG) et les potentiels reliés aux évènements  (ERP). L’équipe a également accès aux installations et au matériel fournis par le Centre de recherche sur le langage, l’esprit et le cerveau et le Neuro. 

Programme intégré de neurosciences

http://www.mcgill.ca/ipn/


Le programme intégré de neurosciences (PIN) est le programme d’études supérieures en neurosciences regroupant toutes les unités dans ce domaine d’étude sur le campus de l’Université McGill.

Montréal accueille la plus grande concentration de neuroscientifiques en Amérique du Nord. La recherche en neurosciences à l’Université McGill est reconnue à l’échelle internationale, et le Programme intégré de neurosciences (PIN) offre une formation post-graduée en neurosciences tout à fait exceptionnelle.

Le programme comprend plus de 170 membres du corps professoral et 280 étudiants à la maîtrise ou au doctorat, qui œuvrent dans des domaines qui couvrent toute la gamme des recherches en neurosciences, allant des aspects cellulaires et moléculaires aux neurosciences cognitives.  Il s’agit du plus important programme d’études supérieures de la Faculté de médecine et l’un des plus importants programmes d’études supérieures en neurosciences en Amérique du Nord.

Si vous songez à faire une maîtrise ou un doctorat en neurosciences à l’Université McGill, poursuivez la lecture sur le PIN ici.

Unité de recherche sur la vision de McGill

http://www.mcgill.ca/mvr/


L’Unité de recherche sur la vision de McGill est multidisciplinaire et tous y ont pour objectif de comprendre les fonctions cérébrales générales et les processus visuels en particulier.

L’expertise issue du regroupement de cinq membres du corps professoral, chacun ayant un laboratoire soutenu de façon autonome situé dans un centre de recherche, contribue à faire de cette unité ayant une tradition de recherches concertées un chef de file dans le domaine des neurosciences visuelles.

Les principaux secteurs de recherche portent sur la façon dont le cerveau de l’adulte perçoit le mouvement, la forme, la profondeur et la couleur de la scène visuelle.

Les secteurs cliniques de recherche incluent l’amblyopie (œil paresseux), par l’entremise de laquelle nous aspirons à comprendre l’importance de la vision dès l’enfance pour développer une vision normale, et les conséquences d’une vision perturbée à l’enfance qui, souvent, mène à une faible vision à l’âge adulte, ou à l’amblyopie.

L’unité de recherche sur la vision de McGill entretient d’étroites collaborations avec les départements de neurologie et de neurochirurgie, de psychologie, d’ingénierie biomédicale et de physiologie, ainsi qu'avec le Neuro.